Currently set to Index
Currently set to Follow

Les mythes du SEO analysés

Partager cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Fausses informations, utopies… toute discipline technique a son lot de mythes qui l’entourent, et le référencement, ou Search Engine Optimization (SEO), ne fait pas exception. Aujourd’hui, nous allons tenter d’analyser, de « démystifier », les fausses informations les plus répandues sur le SEO.

Balise meta Keywords : est-elle indispensable ?

Non, elle ne l’est pas ou du moins elle ne l’est plus depuis longtemps.

Dans les faits, elle n’a généralement aucun intérêt. La raison est que les moteurs de recherche, Google et Bing principalement, ne l’utilisent pas dans leur algorithme de classement. Elle aura toutefois une utilité si vous visez des moteurs comme le russe Yandex, le chinois Baidu ou encore le coréen du sud Naver.

Le taux de rebond sur un site est-il un critère de pertinence de Google ?

Google ne prend pas en compte le taux de rebond sur un site comme critère de pertinence.

Le moteur de recherche ne considère pas cet élément comme un élément objectif de la qualité du contenu d’un site web.

Y-a-t-il une relation entre le temps de chargement d’une page web et un meilleur classement sur Google ?

L’incidence du temps chargement d’une page web n’impacte pas, pour le moment, le classement sur Google. Il s’agit ici de l’un des mythes les plus répandus sur le SEO.

Certes, le temps de chargement d’un site est essentiel pour l’expérience utilisateur et pour le crawl, mais il n’a qu’une incidence mineure sur le classement d’une page web. Il est par ailleurs vrai que Google a lancé le projet « Core Web Vitals », dont l’objectif est de faire du temps de chargement des sites un critère de pertinence. Cela dit, l’expérience a montré que Google a l’habitude de ne pas dépasser le stade d’annonce. Attendons donc le lancement effectif du projet en mai 2021 avant d’en juger.

Quid du bon ratio « code/texte » ?

A la question « faut-il avoir un bon ratio « code/texte » dans ses pages ? », la réponse est non. Ce n’est rien de plus qu’un autre mythe qui entoure le SEO.

Concrètement, le ratio entre le volume de texte et la taille du code source de la page n’impacte pas du tout le classement d’une page.

Les Quality Raters peuvent-ils pénaliser un site web ?

Là encore, la réponse est non.

Cependant il existe une grosse confusion quant au travail des Quality Raters. Ils ne peuvent pas noter, positivement ou négativement, un site web, et encore moins le pénaliser. Rappelons que les Quality Raters sont des personnes que Google paye pour noter en A / B Testing les résultats de recherche du moteur lors des tests d’algorithmes.
Néanmoins leur avis a un impact sur la pertinence des résultats proposés et donc sur la pertinence d’un site pour une requête donnée. C’est là toute la différence : ils ne peuvent pas pénaliser un site, mais leur avis impacte l’évolution du moteur de recherche et sa manière de classer les sites.

Est-ce une bonne idée de mettre beaucoup de mots clés dans les URL ?

Le « bourrage » de mots clés dans les URL ne présente pas d’intérêt particulier en référencement.

Attelez-vous plutôt à proposer une adresse de page brève et descriptive.

Google pénalise-t-il le contenu dupliqué ?

Bien que Google ne pénalise pas le contenu dupliqué, qu’il soit intersites ou intrasite, il donne cependant la visibilité à l’URL « canonique » et pas aux copies.

Cela dit, aucune pénalité n’est encourue.

Call Now Button